Davigel a lancé sur son stand au SIRHA, le 26 janvier dernier, un nouveau produit qui va faire plaisir aux enfants, tout étant à la fois sain et pratique. C’est le fileté poisson blanc gratiné cuit, « une nouvelle génération de poisson avec moins de matière grasse ».

 

 

En restauration collective, comme l’a rappelé la responsable nutrition de Davigel, Laurence Bonneveau, le poisson, « quelque soit sa forme », est « tout à fait encouragé par le GEM RCN », « à condition qu’il respecte certains critères: que le poisson représente 70% du produit servi et que son rapport protéines/lipides soit supérieur à 2, et qu’il soit présent dans 4 repas sur 20, soit un repas par semaine ». En conclusion, « il s’agit de faire consommer au jeune, entre 100 et 120 grammes de poisson, et pas d’huile de friture ».
 

 

Un impératif auquel Davigel s’est déjà appliqué à respecter, avec dès 1993, le lancement pour la RHF d’une gamme de poissons pré-frits (pané et meunière) qui permettent une restitution sans friteuse. Pour séduire les enfants, Davigel a imaginé de reprendre le principe du fileté « qui permet de concilier la texture et la gestion de poids portion ».
 

 

Pour proposer un produit sain, mais qui plaît aux enfants, les chefs du centre de recherche ont imaginé d’enrober le poisson d’emmental. L’idée étant que l’emmental permette de « garder les saveurs de l’onctuosité, de la jutosité, comme une cuisson à l’étouffée, tout en gardant les caractéristiques d’un gratinage ». Et donc, sorti du site de Offranville, le fileté poisson blanc gratiné cuit se veut à la fois « bon, sain et pratique », avec moins de 3% de matières grasses, sans friture, un taux de 71% de poisson, et un rapport de protéines/lipides de 6,4, bien supérieur aux recommandations du GEM RCN, pour le côté nutrition.

 

 
Côté pratique, le produit se décline en une portion formée 100% filets de poisson blanc, sans arêtes, déjà cuite et proposée surgelée. Enfin, pour le goût, le filet conserve la texture de poisson, avec une texture floconneuse, liée à l’enrobage à l’emmental qui apporte le gratiné et le doré, sans être frit, chers aux enfants qui sont très sensibles à l’esthétisme des assiettes.
Source : http://apfnouveaute.blogspot.com/, d’après LeChef.com

Après avoir sorti Activia o% au second semestre 2008, Danone décline sa gamme bio Les 2 Vaches en version allégée. Le groupe lance trois références à 0% de matière grasse en lot 4x115g : très nature, fraise gourmande et mûre très sauvage (PVC entre 1,89€ et 2,49€). Elles complètent l’offre existante (6 parfums), qui revendique être :

– Issue d’une agriculture visant à n’utiliser ni pesticides, ni engrais de synthèse, ni OGM

– Avec 0% de colorants, 0% d’arômes de synthèse, 0% de conservateurs et 0% d’édulcorants pour les variétés fruits.

A noter que le chiffre d’affaires des produits laitiers frais biologiques a progressé de 33% en 2008.
Source : Linéaires n°245

Fleury Michon lance « Comme un lardon », des dés de jambon fumé à cuisiner qui permettent de limiter l’apport en sel et en matières grasses par rapport aux lardons classiques : le produit est 5 fois moins gras et revendique -35% de sel.

La santé, plus particulièrement la réduction du taux de sel, est un créneau porteur au rayon charcuterie LS. Fleury Michon propose désormais son jambon de Paris classique en version allégée en sel (-25%). Herta l’a précédé sur ce point en octobre 2008 et travaille aujourd’hui sur la réduction du sel pour les knacks.

Entremont sort, sous licence Weight Watchers, une portion de 190g à 5% de matière grasse et un râpé au format de 2×70 g.
La gamme comprend également une sauce fromagère à 6% MG et une pâte molle à 10% MG.
Entremont mise sur la très forte notoriété de Weight Watchers, espérant ainsi redonner un peu de dynamisme au segment des fromages à trous allégés.

Source : Linéaires n° 242 – décembre 2008.